Brochure Ibn Ghazi

La mi-avril marque le venue de la saison des concours, les SPE MP et PSI commencent pas les concours X, Centrale et Mines Ponts et enchaînent tout de suite après avec le CCINP et le Concours Polytech. Quant aux ECS et ECT ils passent les Concours ECRICOME et finissent pas le grand Concours BCE.

Quatre (4) semaines durant - du 05/04 au 08/05- les élèves concourent pour plus de 8 000 places offertes. Il s’agit là des épreuves écrites des Concours français qui regroupent des dizaines de Grandes Ecoles dans chaque Concours. Les admissibles à l’écrit devront passer les épreuves orales décisives pour l’admission et le classement final.

Bien entendu, les élèves ne sont pas tous obligés de passer le/les Concours français mais uniquement ceux qui souhaitent poursuivre leur études dans les Grandes Ecoles en France.

Si tel est le cas, il ne faut pas se lancer dans tous les concours mais se concentrer plutôt sur un ou deux qui correspondent au critère de performance et préparation de chaque élève. Les 5/2, avec leur avancement et leur expérience, peuvent prétendre à plusieurs Concours. Pour les 3/2, qui viennent juste de terminer les cours et qui devront s’exercer aux anales des concours et réviser le programme de la SUP, pour ceux là ils devront cibler le Concours à passer en fonction de leur degré de préparation et de leur progression autrement dit leur classement durant les deux années SUP et SPE.

Quand on est ambitieux il faut connaître ses limites

Plus le nombre des Concours est élevé plus le niveau de stress -dû à la diversité des épreuves et à l’augmentation de la charge d’entrainement aux anales des années antérieures - dépasse les limites tolérables, l’élève devient la proie à des moments de doutes et de manque de sommeil. Par contre cibler le Concours adéquat -sans illusion- et de manière concertée avec la direction de l’école, les profs et la famille en tenant en compte les expériences des anciens élèves, permet de mieux gérer le temps et les efforts.

La plus grande erreur que les élèves font à ce stade est de surestimer leurs compétences ou de sous-estimer les efforts requis pour une prestation au Concours.

Si passer plusieurs Concours permet de multiplier ses chances et de gagner en expériences avant le CNC (Concours National Commun), cela pourrait nuire au mental et au physique de l’élève. Le juste milieu est d’avoir un équilibre entre Bénéfices et Efforts. Le ciblage du Concours à passer permet d’atteindre cet objectif.

Ne pas planifier c’est planifier l’échec

Choisir de passer le/les Concours français doit être le fruit d’une décision mûrie et planifiée à l’avance dès l’entrée en Prépa et ne doit pas être une tentative de dernière minute: ça passe ou ça casse! Cette démarche irrationnelle est totalement à l’opposé de l’esprit Prépa et de la nomenclature des Concours. ‘’PREPA’’ means Préparation et planification.

Enfin l’ambition, des fois obsessionnelle, de partir étudier à l’étranger ne doit pas pas masquer notre manque de préparation ou notre piètre performance en classe.

La possibilité de passer plusieurs concours et poursuivre ses études et sa vie à l’étranger est une belle aventure quand c’est bien préparé dès l’entrée en Prépa et même avant depuis le lycée.

un élève averti en vaut deux!

Bonne chance à tous.

Partager sur